Bientôt un prix unique du livre : satisfaction du SDI qui réclamait cette avancée depuis des années

Ce 18 octobre 2017, le Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles a approuvé un projet de décret introduisant le prix unique du livre en Belgique francophone. Le SDI se félicite de la mesure et la soutient totalement. Chaque jour, le syndicat constate la nécessité de protéger les petits libraires contre la concurrence agressive de l'Internet et de la grande distribution. 

La nouvelle législation imposera à tout éditeur ou importateur de fixer un "prix public" pour ses livres vendus en Wallonie et à Bruxelles. Durant les deux premières années pour les livres et la première année pour les BD, les revendeurs ne pourront accorder des ristournes qu'à hauteur de 5% maximum de ce prix. Au-delà de ces délais, le prix de vente sera libre. Le décret s'appliquera aux livres de langue française, qu'ils soient sur support papier ou numérique, à l'exclusion des magazines, des journaux, des livres scolaires et des ouvrages d'occasion.

Le projet prévoit également la fin progressive de la "tabelle", ce mécanisme anachronique qui fait que les livres français sont vendus 10 à 15% plus cher en Belgique qu'en France.

De son côté, le SDI applaudit des deux mains cette mesure qu'il réclame depuis des années. En effet, la conjoncture est rude pour les libraires de proximité. Ils doivent faire face à une concurrence très agressive de la grande distribution et de l'Internet qui pratiquent des prix d'appel très bas et qui bénéficient, pour ce faire, de conditions tarifaires très favorables de la part des éditeurs.

La pratique des prix d'appel est un des chevaux de bataille de la grande distribution. Elle consiste à vendre certains produits pratiquement à prix coûtant et à en faire une large publicité pour attirer le client et spéculer sur des multiples autres achats de ce dernier. Cette stratégie est mortelle pour beaucoup de petits commerces, notamment dans le secteur de la librairie où les grandes surfaces offrent des réductions qui peuvent avoisiner les 40% et sur lesquelles un petit libraire est dans l'impossibilité de s'aligner !

Dans un tel contexte, le SDI estime qu'il était non seulement nécessaire mais aussi urgent que la loi protège enfin les petits opérateurs.

0
Votre avis: Aucun
Haut | Retour à la liste des news

© SDI - Rue de la Presse 4 - 1000 Bruxelles | T 02 652 26 92 | E web@sdi.be