Vols organisés à Marchienne-au-Pont : le SDI réclame l’intervention des autorités communales et judiciaires !

Le SDI interpelle les autorités locales et judiciaires de Charleroi sur une problématique persistante qui menace un de ses membres commerçant à Marchienne-au-Pont : les vols à l’étalage organisés commis par des marginaux sur commande de revendeurs des marchandises volées. Impuissants face à ce phénomène inquiétant, les commerçants impactés réclament l'adoption de mesures concrètes de dissuasion de la part de la commune, de la police et du parquet. 

Le SDI se fait le relais des commerçants victimes d’un nouveau genre de criminalité : le vol organisé perpétré en plein jour par des marginaux qui subtilisent des dizaines de produits identiques pour le compte d’une tierce personne qui les revendra ensuite.

Le scénario est toujours le même : les vols ont lieu en journée, durant les heures d’ouverture du magasin, par des individus portant plusieurs couches de vêtements afin d’y dissimuler facilement les objets volés, qui évitent les caméras de surveillance, volent une même marchandise (vin, alcool, chocolat, etc.) en grande quantité et n’ont aucun scrupule à revenir régulièrement à quelques jours d’intervalle !

Dans la mesure où les voleurs sont des personnes vivant en marge de la société (SDF, toxicomanes, etc.), qu’ils sont organisés – opérant parfois à plusieurs simultanément dans différents rayons du magasin – et ne sont pas toujours directement repérés, il n’est pas aisé de les appréhender et, lorsque c’est le cas, de les identifier…

Les commerçants touchés sont désappointés : les poursuites judiciaires sont rares et n’ont généralement lieu que longtemps après les premiers faits de vols commis.

Cette problématique de récidive frustre et décourage les commerçants car un véritable sentiment d’impunité s’est installé, favorisant les vols au lieu de les dissuader. La police elle-même est quelque peu défaitiste, considérant que même si certains sont arrêtés, d’autres arriveront dès le lendemain.

Le SDI estime que cette situation ne peut plus durer.

En effet, outre l’énorme trou dans ses caisses que cela représente pour le commerçant qui peut rarement prétendre à une indemnisation de son assurance dans pareil cas, ces vols constituent une menace pour la sécurité de ses employés, les voleurs pouvant se montrer violents ou dissuasifs lorsqu’ils sont interpellés par le personnel. Le risque est donc sérieux de voir divers commerces fermer si une solution n’est pas trouvée rapidement en la matière.

Le SDI tire la sonnette d’alarme et rappelle combien il est essentiel de maintenir et de développer le commerce de proximité qui permet de créer des emplois, de tisser des liens sociaux, d’éviter l’isolement et de répondre à des problèmes de mobilité.

Le SDI demande dès lors que des mesures concrètes soient prises par les autorités locales et judiciaires de Marchienne-au-Pont (Charleroi) qu'il a interpellées à ce sujet, étant entendu que si la fédération intervient actuellement sur une entité bien précise, il n’en reste pas moins que cette problématique est loin d’être un phénomène isolé !

Il suffit de songer par exemple, à la plateforme en ligne sécurisée mise en place tout récemment par la Fédération belge du Commerce après une phase test d’environ un an et qui permet aux commerçants victimes d’une bande organisée de communiquer toute information utile à ce sujet directement à la police fédérale.

Après la problématique de l’écoulement de la drogue notamment via l’utilisation de mineurs étrangers non accompagnés, la commune de Marchienne-au-Pont doit mettre un terme à un autre fléau : celui de l’exploitation de personnes marginalisées (SDF, toxicomanes, etc.) pour perpétrer des vols à l’étalage organisés !

0
Votre avis: Aucun
Haut | Retour à la liste des news

© SDI - Rue de la Presse 4 - 1000 Bruxelles | T 02 652 26 92 | E web@sdi.be