Nicolas Mentior: “Récupérer des réductions ONSS oubliées, c’est possible et cela peut vous rapporter gros !”

Travaillant en collaboration avec le groupe social Acerta, la société de Nicolas Mentior est spécialisée dans la récupération de réductions ONSS non réclamées. Bonne nouvelle : Acerta a décidé d’offrir cet intéressant service aux membres du SDI !

Indépendant & Entreprise : 
Nicolas Mentior, pouvez-vous nous expliquer en quelques mots en quoi consiste l’audit que vous réalisez ? 
Nicolas Mentior : C’est simple. Lorsque vous avez engagé vos salariés, ceux-ci étaient peut-être assortis une réduction ONSS liée à leur “statut personnel” (demandeurs d’emploi de longue durée, jeunes peu qualifiés, licenciés lors d’une restructuration, etc.). Via l’interface de l’ONSS, nous avons la possibilité de vérifier si toutes ces réductions ont été bien appliquées lors des engagements et, si ce n’est pas le cas, de revenir sur les 3 dernières années.
Pour ce faire, nous devons effectuer une vérification manuelle, longue et minutieuse pour tous les travailleurs qui ont prestés ces 12 derniers trimestres. Ensuite, nous nous assurons qu’il n’y a pas de clause d’exclusion, de litige ou de réduction en doublon, et nous effectuons les corrections. L’employeur reçoit alors de son secrétariat social les notes de crédit relatives à nos modifications et il peut alors les déduire de son prochain paiement.
Pour quel type d’entreprises est-ce intéressant ?
Nous pouvons faire l’analyse pour toutes les entreprises de plus de 20 travailleurs actifs. Nous travaillons sur tous les secteurs, mais c’est surtout ceux avec beaucoup de main d’œuvre qui sont nos terrains de jeux favoris. 
Acerta propose de se rémunérer au success fee, ce qui signifie que le risque financier se trouve chez nous. Dés lors, nous sommes obligés d’imposer un seuil minimum de travailleurs pour pouvoir effectuer une mission à de telles conditions
…au success fee ? 
C’est-à-dire ?
Nous demandons 35% des réductions que nous trouvons, et cela sans aucun frais fixe. Ce qui veut dire que si nous ne trouvons rien, nous n’aurons absolument rien coûté. L’employeur est toujours gagnant. Dès qu’il fait appel à notre service il est certain qu’au pire, cela ne lui aura rien coûté.
Comme en plus, il ne faut que 5 minutes à un employeur pour commander une analyse et nous générer les accès nécessaires, c’est vraiment ultra efficace.
Et en termes de résultats, jusqu’ici cela donne quoi ?
Dans 60% des cas, nous trouvons quelque chose. En moyenne, on est à 110€ par travailleur actif. 
Cela veut donc dire que si vous possédez une société avec une vingtaine de travailleurs, théoriquement, on doit trouver plus ou moins 2.200€ sans que vous leviez le petit doigt, vu que nous réalisons tout le travail.
Bref, il n’y a strictement rien à faire pour l’employeur ?
Non, après avoir reçu la convention digitale signée, nous récupérons les accès au portail de la sécurité social via TeamViewer, puis nous sommes autonomes pour effectuer l’analyse. Nous venons vous présenter le rapport intermédiaire chez vous et nous en profitons pour vous donner quelques bons conseils pour vous aider à alléger vos coûts salariaux.
Dès que vous nous avez confirmé que c’est en ordre, nous introduisons les corrections, nous vous envoyons les justificatifs, prévenons votre secrétariat social et/ou le service perception de l’ONSS pour qu’il puisse vous verser dans le mois courant les montants récupérés. 
Acerta a dans l’idée qu’un employeur doit pouvoir se focaliser sur son core business, raison pour laquelle il a développé ce bel accompagnement.
Cet audit que vous proposez, on peut le faire quand on veut ?
Oui ! Nous possédons une équipe de 11 personnes qui travaillent en continu. 
Les deadlines importantes sont les fins de trimestres, parce que l’on peut uniquement revenir sur les 12 derniers trimestres et il serait évidemment dommage de ne pas récupérer les oublis du 3ème trimestre 2015.
Combien de temps dure une analyse ?
En moyenne 15 jours, cela dépend un peu de la taille de l’entreprise analysée.
Quelle a été votre plus grosse “prise” ?
Je ne sais pas si je peux le dire, mais c’était beaucoup : plusieurs dizaines de milliers d’euros. On était tous étonnés au bureau, on a même vérifié deux fois pour être sûr. Quand l’ONSS nous a confirmé que le montant était correct, l’entreprise bénéficiaire a littéralement fait “sauter les bouchons” !
Y-a-t-il un risque de contrôle suite aux réductions récupérées ?
On nous pose souvent la question, mais non, absolument pas. Le contrôle se fait au moment de l’intégration des données dans la dmfa. On sait donc très rapidement que tout est en ordre. Le pire des cas pouvant arriver, c’est de se voir refuser une correction, mais c’est extrêmement rare. Nous travaillons toujours en parfaite transparence avec les employeurs et l’ONSS, il n’y a donc pas d’inquiétudes à avoir.
Tout cela semble extrêmement intéressant !
Oui ! J’invite vraiment vos membres à nous contacter. Au final, ils auront soit une belle surprise financière, soit la satisfaction de savoir qu’ils ont une bonne gestion en terme de processus RH.
Ce serait dommage de passer à côté, surtout que ça ne prend que quelques minutes...
Concrètement, comment nos membres peuvent-ils vous contacter ?
C’est facile. Il leur suffit d’appeler Benjamine Rochez, Sales Manager PME Acerta, au 0475 86 20 75 ou de lui envoyer un e-mail à l'adresse : benjamine.rochez@acerta.be, puis de se laisser porter…
Effectivement, c’est très simple. Merci pour toutes ces précisions. Nous vous souhaitons évidemment de récupérer 
des sommes folles pour nos membres ! 
Propos recueillis par Benoit Rousseau

Indépendant & Entreprise : Nicolas Mentior, pouvez-vous nous expliquer en quelques mots en quoi consiste l’audit que vous réalisez ? 
Nicolas Mentior : C’est simple. Lorsque vous avez engagé vos salariés, ceux-ci étaient peut-être assortis une réduction ONSS liée à leur “statut personnel” (demandeurs d’emploi de longue durée, jeunes peu qualifiés, licenciés lors d’une restructuration, etc.). Via l’interface de l’ONSS, nous avons la possibilité de vérifier si toutes ces réductions ont été bien appliquées lors des engagements et, si ce n’est pas le cas, de revenir sur les 3 dernières années.Pour ce faire, nous devons effectuer une vérification manuelle, longue et minutieuse pour tous les travailleurs qui ont prestés ces 12 derniers trimestres. Ensuite, nous nous assurons qu’il n’y a pas de clause d’exclusion, de litige ou de réduction en doublon, et nous effectuons les corrections. L’employeur reçoit alors de son secrétariat social les notes de crédit relatives à nos modifications et il peut alors les déduire de son prochain paiement.

Pour quel type d’entreprises est-ce intéressant ?
Nous pouvons faire l’analyse pour toutes les entreprises de plus de 20 travailleurs actifs. Nous travaillons sur tous les secteurs, mais c’est surtout ceux avec beaucoup de main d’œuvre qui sont nos terrains de jeux favoris. 

Acerta propose de se rémunérer au success fee, ce qui signifie que le risque financier se trouve chez nous. Dés lors, nous sommes obligés d’imposer un seuil minimum de travailleurs pour pouvoir effectuer une mission à de telles conditions…

...au success fee ? C’est-à-dire ?
Nous demandons 35% des réductions que nous trouvons, et cela sans aucun frais fixe. Ce qui veut dire que si nous ne trouvons rien, nous n’aurons absolument rien coûté. L’employeur est toujours gagnant. Dès qu’il fait appel à notre service il est certain qu’au pire, cela ne lui aura rien coûté.Comme en plus, il ne faut que 5 minutes à un employeur pour commander une analyse et nous générer les accès nécessaires, c’est vraiment ultra efficace.

Et en termes de résultats, jusqu’ici cela donne quoi ?
Dans 60% des cas, nous trouvons quelque chose. En moyenne, on est à 110€ par travailleur actif. Cela veut donc dire que si vous possédez une société avec une vingtaine de travailleurs, théoriquement, on doit trouver plus ou moins 2.200€ sans que vous leviez le petit doigt, vu que nous réalisons tout le travail.

Bref, il n’y a strictement rien à faire pour l’employeur ?
Non, après avoir reçu la convention digitale signée, nous récupérons les accès au portail de la sécurité social via TeamViewer, puis nous sommes autonomes pour effectuer l’analyse. Nous venons vous présenter le rapport intermédiaire chez vous et nous en profitons pour vous donner quelques bons conseils pour vous aider à alléger vos coûts salariaux.

Dès que vous nous avez confirmé que c’est en ordre, nous introduisons les corrections, nous vous envoyons les justificatifs, prévenons votre secrétariat social et/ou le service perception de l’ONSS pour qu’il puisse vous verser dans le mois courant les montants récupérés.

Acerta a dans l’idée qu’un employeur doit pouvoir se focaliser sur son core business, raison pour laquelle il a développé ce bel accompagnement.

Cet audit que vous proposez, on peut le faire quand on veut ?
Oui ! Nous possédons une équipe de 11 personnes qui travaillent en continu. 

Les deadlines importantes sont les fins de trimestres, parce que l’on peut uniquement revenir sur les 12 derniers trimestres et il serait évidemment dommage de ne pas récupérer les oublis du 3ème trimestre 2015.

Combien de temps dure une analyse ?

En moyenne 15 jours, cela dépend un peu de la taille de l’entreprise analysée.

Quelle a été votre plus grosse “prise” ?
Je ne sais pas si je peux le dire, mais c’était beaucoup : plusieurs dizaines de milliers d’euros. On était tous étonnés au bureau, on a même vérifié deux fois pour être sûr. Quand l’ONSS nous a confirmé que le montant était correct, l’entreprise bénéficiaire a littéralement fait “sauter les bouchons”!

Y-a-t-il un risque de contrôle suite aux réductions récupérées ?

On nous pose souvent la question, mais non, absolument pas. Le contrôle se fait au moment de l’intégration des données dans la dmfa. On sait donc très rapidement que tout est en ordre. Le pire des cas pouvant arriver, c’est de se voir refuser une correction, mais c’est extrêmement rare. Nous travaillons toujours en parfaite transparence avec les employeurs et l’ONSS, il n’y a donc pas d’inquiétudes à avoir.

Tout cela semble extrêmement intéressant !
Oui ! J’invite vraiment vos membres à nous contacter. Au final, ils auront soit une belle surprise financière, soit la satisfaction de savoir qu’ils ont une bonne gestion en terme de processus RH.Ce serait dommage de passer à côté, surtout que ça ne prend que quelques minutes...

Concrètement, comment nos membres peuvent-ils vous contacter ?
C’est facile. Il leur suffit d’appeler Benjamine Rochez, Sales Manager PME Acerta, au 0475 86 20 75 ou de lui envoyer un e-mail à l'adresse : benjamine.rochez@acerta.be, puis de se laisser porter…

Effectivement, c’est très simple. Merci pour toutes ces précisions. Nous vous souhaitons évidemment de récupérer des sommes folles pour nos membres ! 
Propos recueillis par Benoit Rousseau

0
Votre avis: Aucun
Haut | Retour à la liste des news

© SDI - Rue de la Presse 4 - 1000 Bruxelles | T 02 652 26 92 | E web@sdi.be