Le SDI juge l’idée d’un congé de paternité pour indépendants contraire à la réalité du terrain !

Le Ministre des Indépendants, Willy Borsus, entend défendre la solution d’un congé de paternité pour les pères indépendants, en Conseil des Ministres, avant la trêve estivale. Le SDI juge cette proposition fantaisiste et éloignée de la réalité du terrain des indépendants qui ne fonctionnent pas dans une logique de congé mais souhaitent davantage de mesures de soutien alternatif.

Le SDI est très critique par rapport à l’idée d’un congé de paternité pour les pères indépendants qui risque de ne pas rencontrer le succès escompté car le véritable obstacle à un tel congé est que la très grande majorité des indépendants ne peut pas se permettre d’arrêter complètement l’activité pendant une dizaine de jours. Et ce n’est certainement pas une maigre compensation financière qui les incitera stopper leur activité.

Si les pères salariés sont une grande majorité à exercer leurs droits, tous ne semblent pas logés à la même enseigne.  Ainsi, non seulement, l’âge constitue un critère essentiel, et dans la population de salariés, on se rend compte que passé 40 ans, les pères sont moins nombreux à prendre un congé de paternité.  Aussi, l'utilisation du congé paternité est également très différente selon le statut professionnel.  Les salariés recourent plus au congé de paternité, à 90%, contre un tiers des travailleurs indépendants.  Les revenus du ménage interviennent également dans le choix.  Plus le ménage est aisé, moins le congé paternité est utilisé.

Cette analyse faite, le SDI ne peut s’empêcher de penser que la proposition d’instaurer un congé de paternité pour les pères indépendants consiste à donner l’illusion d’un droit supplémentaire aux indépendants et qui en définitive ne leur profitera pas.

La réalité est là : même malades, les indépendants travaillent et s’imaginer leur octroyer une couverture sociale en cas de paternité qui prévoira l’arrêt de toute activité comme condition d’octroi est en décalage complet avec la réalité des indépendants.

Le SDI juge qu’il vaut mieux consacrer le solde positif de la sécurité sociale des indépendants à de véritables mesures de soutien et notamment la suppression du délai de carence en cas d’incapacité de travail d’un indépendant ainsi qu’une revalorisation du montant général des allocations et surtout de la pension des indépendants qui reste encore à l’heure actuelle moindre que celle d’un chômeur de carrière !

 

 

 

0
Votre avis: Aucun
Haut | Retour à la liste des news

© SDI - Rue de la Presse 4 - 1000 Bruxelles | T 02 652 26 92 | E web@sdi.be