De l'eau gratuite obligatoire dans les restaurants wallons ? Pas question pour les membres du SDI !

A la demande de ses membres exploitants du secteur Horeca, le Syndicat des Indépendants & des PME (SDI) s'oppose fermement à la volonté du nouveau gouvernement wallon d'imposer la délivrance gratuite d'eau de distribution dans les restaurants. Le SDI demande instamment aux partis de la nouvelle coalition de ne pas aggraver la situation des exploitants, qui ont déjà toutes les peines à surmonter une crise sans précédent, et de leur laisser un libre choix, dans une conception libérale de leur profession.

"Le Gouvernement entend assurer l'utilisation gratuite de l'eau de distribution dans les lieux publics et les restaurants". Cette petite phrase, à la page 84 de la récente Déclaration de politique wallonne 2019-2024, a été littéralement considérée comme une déclaration de guerre par un grand nombre d'exploitants du secteur Horeca !

En Belgique, l'Horeca est un secteur économique très important : il représente plus de 120.000 travailleurs salariés pour 57.000 entreprises. Il est non seulement pourvoyeur d’emplois, mais il contribue également fortement à l’attractivité touristique de notre pays.
Cependant, c’est aussi un secteur sous pression où la pénibilité du travail, la concurrence exacerbée et l’inflation des charges réglementaires, fiscales et sociales étranglent les exploitants.

C'est ainsi que, depuis quelques années, l’Horeca s’enlise dans une crise sans précédent. Les fermetures se succèdent à un rythme vertigineux. Le secteur est de loin celui qui comptabilise le record du nombre de faillites, avec 2.149 fermetures en 2017 et 1.999 fermetures en 2018.
Conséquence de ce marasme : en décembre dernier, le ministre fédéral des PME et des Indépendants a officiellement reconnu par une circulaire le secteur comme étant en crise.

Les explications aux difficultés que traverse le secteur sont à analyser autour de plusieurs axes.

Tout d'abord, on assiste depuis quelques années à une inflation des charges. Qu’elles soient réglementaires, fiscales ou sociales, ces contraintes pèsent lourdement sur la survie d’un établissement Horeca.

L’arrivée de la caisse enregistreuse certifiée ("boite noire") a contribué à fragiliser un grand nombre d'établissements.

On assiste également à une augmentation incessante des exigences en termes de sécurité et d’hygiène. Les normes, le coût des contrôles à charge de l’exploitant et les primes d’assurances sont devenus exorbitants.

La hausse du prix des matières premières affecte également le secteur qui doit jongler avec des marges très réduites.

Enfin, les consommateurs sont de plus en plus exigeants et de moins en moins fidèles, contribuant à une désaffection de nombreux établissements.

Dans ce contexte particulièrement difficile, le SDI comprend la colère des exploitants, face à la volonté du gouvernement wallon de leur imposer la fourniture gratuite d'eau de distribution à leur clientèle. Interpellé par un grand nombre de ses membres du secteur, le SDI demande instamment au nouveau gouvernement wallon de prendre conscience des difficultés que traverse aujourd'hui l'horeca, de ne pas aggraver sa situation et de laisser un libre choix aux exploitants, dans une conception libérale de leur profession.

0
Votre avis: Aucun
Haut | Retour à la liste des news

© SDI - Rue de la Presse 4 - 1000 Bruxelles | T 02 652 26 92 | E web@sdi.be