Bilan des soldes d'hiver mitigé pour les petits commerces

Selon un sondage réalisé par le SDI auprès de ses membres commerçants à la veille de la fin des soldes, ces derniers ont enregistré un chiffre d'affaires mitigé. Si les rabais assez importants dès le départ ont attiré les clients, le secteur a souffert à la fois de la météo et d'un changement de mentalité du consommateur qui se confirme.

Les 286 commerçants interrogés cette semaine par le SDI font état d’une période de soldes plutôt mitigée.

Avec un chiffre d’affaires en berne pour la période d’automne 2017, caractérisée par un recul des ventes de l’ordre de 10%, le secteur était en proie à des craintes par rapport à l’écoulement des stocks accumulés. Pour faire face à la concurrence toujours plus rude, beaucoup ont eu recours au système des ventes couplées et des offres conjointes dès le début du mois de décembre.

Ce système qui permet de contourner légalement les pré-soldes en accordant une réduction de prix au consommateur dès l’achat de plusieurs articles (genre de « soldes  avant les soldes ») rencontre de plus en plus de succès, avec pour conséquence que le client achète moins qu'auparavant durant la période des soldes proprement dites.

De même, le SDI remarque que, si le phénomène des soldes reste un moment attendu pour une frange importante de la population, il est aussi mis à mal par l’évolution de la société qui a fait naître d’autres manières de consommer « moins cher », et ce, tout au long de l’année. Qu’il s’agisse de l'e-commerce, des ventes privées, des ventes couplées ou offres conjointes, ou encore du « Black Friday » et du « Cyber Monday », les rabais tout au long de l’année sont aujourd'hui légion.

Le SDI se doit toutefois de préciser que le bilan des soldes se révèle hétérogène suivant la situation géographique, le type et la taille des magasins concernés,

Un commerçant membre du SDI et actif dans le secteur de l’habillement : « mon bilan des soldes est moins bon qu’en 2017 tout simplement parce que la manière d’acheter du consommateur a changé ». Il invoque trois éléments pour l’expliquer : « il y a beaucoup de concurrence avec l’e-commerce », « le consommateur dépense moins qu’avant pour s’habiller » et « le système des ventes couplées/offres conjointes pratiquées par la plupart des commerçants en décembre ».

De manière générale, le SDI constate que les petits commerces préféreraient ne pas devoir recourir aux ventes couplées et pouvoir continuer, comme par le passé, à vendre leurs articles au prix plein avant les fêtes. Pratiquer ces réductions de prix dès le mois de décembre est toutefois devenu nécessaire depuis 3-4 ans pour s’aligner avec la concurrence, mais cela ne fait, en pratique, qu'étaler sur deux mois (décembre et janvier) le chiffre d'affaires découlant des prix cassés.

0
Votre avis: Aucun
Haut | Retour à la liste des news

© SDI - Rue de la Presse 4 - 1000 Bruxelles | T 02 652 26 92 | E web@sdi.be